Skip to the content

Acheter du matériel photo d’occasion : bonne ou mauvaise idée ?

Même si la majorité des utilisateurs préfèrent acheter du matériel tout neuf, il est normal de s’interroger sur la solution de l’occasion, compte tenu du fait que la photo est un loisir pouvant vite se révéler onéreux.

vieil appareil photo


Les avantages du marché de l'occasion


C’est une évidence mais le prix est le premier argument pour avoir recours à ce marché. Comme pour le marché de l’occasion automobile, il existe certaines cotes du matériel photographique d’occasion, qui restera moins cher qu’en magasin. Ces cotes sont disponibles sur différents sites et vous permettront de rechercher le juste prix du matériel visé. Par contre, une cote est par définition changeante; elle va dépendre des aléas du marché, de l’importance de l’offre et de la demande, ainsi que de l’émergence de nouveaux appareils. À cela, on pourra rajouter l’état du matériel vendu. Ces cotes vous permettront de négocier si jamais le prix du matériel vous semble trop élevé par rapport à sa cote à l’instant T.

 

C’est aussi “l'occasion” de trouver du matériel qui n’est plus vendu neuf en magasin traditionnel ou sur boutique web. Lorsque vous ne comptez pas changer votre “vieux” boîtier et que vous êtes en recherche d’accessoires ou d’optiques, alors le marché de l’occasion est incontournable ou presque. Je dis “presque” car il peut arriver de trouver ces optiques ou accessoires neufs chez certains revendeurs renouvelant moins souvent leur gamme de produits. Ce n’est donc pas vers les grandes chaînes de magasins spécialisés qu’il faudra vous tourner mais plutôt vers les points de vente “confidentiels”. J’entends par là les petits détaillants indépendants. Tout dépend aussi de l’ancienneté de votre matériel à upgrader. Un boîtier vieux de 10 ans sera plus compliqué à faire évoluer.

 

Toujours en lien avec le prix, l’occasion peut également vous offrir l’opportunité d’acheter du matériel que vous n’auriez pas pris neuf, pour tester une nouvelle discipline photo ou faire des expériences artistiques. Je pense notamment à la photo macro ou animalière qui peuvent demander des accessoires et objectifs très très onéreux sur le marché du neuf. Un produit d’occasion impactera moins votre budget.
Si vous achetez votre matériel dans une boutique ou dans la section occasion d’une grande chaîne de magasins (y compris sur le net), il aura été contrôlé afin de garantir son bon fonctionnement. Une garantie couvrira votre nouvelle acquisition pendant quelques mois.

 

Le marché de l’occasion, c’est aussi les foires et notamment celle de Bièvres. Se déroulant chaque année sur un week end début juin, cette foire jouit d’une renommée internationale et n’a pas d’équivalent. Cette foire de l’occasion est devenue un rendez-vous absolument incontournable tant pour les visiteurs que pour les 200 exposants ; le tout se déroule dans un cadre champêtre. Numérique, argentique et antiquités photographiques, il y en a pour tout le monde. Pour les passionnés, on y retrouve aussi des photographies anciennes, des documents et du matériel cinématographiques ainsi que bien d’autres objets de collection. Ce marché et les autres rencontres physiques sont une alternative pour celles et ceux qui n’aiment pas faire des achats sur le net. En un instant, vous pouvez vous faire une idée du produit.

 

Internet offre également une grande variété de produits d’occasion par le biais de boutiques web tout aussi nombreuses (dont certaines vendent également du neuf). Personnellement, j’opte pour les boutiques/chaînes que je connais déjà. Je préfère également les sites qui “garantissent” les transactions; cela peut se révéler utile lors d’une transaction entre particuliers ou lorsqu’un site laisse des revendeurs tiers ouvrir une boutique en ligne sur leur plateforme. Pour résumer, l’argent de la transaction reste bloqué tant que l’acheteur n’a pas signifié au site que tout était correct concernant le matériel.
Les grands noms de la vente sur internet de produits neufs font aussi de l’occasion : Fnac, Amazon, Cdiscount, Rakuten (anciennement Priceminister) ...

ancienne camera


Les inconvénients


Avec du matériel qui a plusieurs années de vie, la garantie est dépassée. Ainsi, en cas de réparation, les frais seront à votre charge. C’est vrai pour un achat entre particuliers. Mieux vaut alors se trouver un autre modèle neuf ou d'occasion mais très récent. Si vous vous orientez vers un achat en magasin, ce dernier proposera des garanties (de plus courte durée) sur ses modèles d’occasion.
De plus, mieux vaut connaître l’ancienneté du modèle qui vous intéresse et son prix neuf actuellement. Cela vous aidera à négocier.

 

Concernant la vente entre particuliers, il existe le risque réel d’acheter un bien volé. Ce que dit la loi: Le recel de vol est la détention, la transmission, la vente ou l'achat d'une chose que l'on sait issue d'un vol (Exemple: une personne achète un téléphone portable en sachant qu'il est issu d'un vol à la tire).
Le recel est différent de la complicité de vol. Une personne qui garde le butin d'un cambriolage sans y avoir participé est coupable de recel, et non de complicité de vol. Le receleur est intervenu uniquement après la commission du vol.

 

Bénéficier du produit de la vente d'objets que l'on sait volés est aussi un cas de recel.
Le recel ne concerne pas la personne de bonne foi qui achète un bien d'occasion en pensant qu'il appartient bien au revendeur.
La peine risquée pour recel dépend de la gravité du vol initial. Ainsi, si le vol est puni de 5 ans de prison ou moins, une personne condamnée pour recel risque :

  • 5 ans de prison,
  • une amende pouvant atteindre la moitié de la valeur des biens concernés, quel que soit ce montant.

 

Lorsque le vol est un vol puni plus gravement, le receleur risque les mêmes peines que le voleur. Pour un vol avec violences graves, le voleur et le receleur risquent une peine de 7 ans de prison. Là aussi, une amende pouvant atteindre la moitié de la valeur des biens concernés, quel que soit ce montant, est possible.
Dans tous les cas, l'auteur d'un recel peut être aussi condamné à indemniser les victimes du vol.
Donc comme vous êtes tous de bonne foi sans aucun doute, cette loi ne s’appliquera pas à vous. ;-) Cela dit, votre bonne foi, vous devrez la prouver lors de l’enquête ou du procès.

 

Néanmoins, il existe différents sites pour vérifier que l’objet n’est pas “signalé comme volé, mais pas encore retrouvé par la police”. Bien évidemment, il y a le site de la police judiciaire mais celui-ci est orienté vers les objets d’importante valeur comme les oeuvres d’art. Ensuite, il existe des sites indépendants qui font également ce travail de recensement. La recherche s’effectue selon la marque, le modèle et le numéro de série.

 

La limite de ce système est qu’il repose sur les déclarations volontaires des victimes photographes. De plus, il existe plusieurs sites proposant ce recensement mais leurs bases de données ne sont pas interconnectées. Les sites les plus sérieux enregistrent les déclarations de vol uniquement lorsqu’une victime prouve la bonne foi de sa démarche en leur faisant suivre une copie de la déclaration de vol effectuée dans un premier temps auprès de la Police ou de la Gendarmerie.

 

Autre solution, l’utilisation de “traqueur”. Dans chaque photo prise par un appareil, on trouve des renseignements cachés, enregistrés dans le fichier de l’image. C’est ce qu’on appelle les exifs qui reprennent la marque, le modèle et le numéro de série. Ainsi, le site Lenstag propose d’entrer les numéros de série des appareils photo mais aussi ceux des objectifs. C’est alors que ce site vous préviendra dès qu’il trouvera une photo sur internet ayant le même numéro de série que l’appareil volé. Peu de gros sites de ressources photo (Flickr,  Tumblr, …) effacent les données exifs donc autant en profiter, d’autant plus que Lenstag est un service gratuit. Lenstag peut donc servir à contrôler un numéro de série comme vu précédemment pour les sites de recensement et ainsi éviter de devenir un receleur.

vieux matériel

 


Contrôle de l’objet acquis

Une fois que vous avez trouvé votre bonheur et que le matériel est entre vos mains, il est temps de procéder à son inspection. Comme vous êtes un acheteur averti, vous aurez, avant l’achat, lu et relu le descriptif de la page de vente. Le vendeur aura certainement indiqué les traces d’usure ou les défauts extérieurs du bien, voire même expliqué dans quelles conditions fut utilisé le produit par le passé. Les rayures sur les parties plastiques ne sont pas forcément gênantes. Par contre, une marque provoquée par un impact l’est beaucoup plus (les composants internes peuvent être endommagés).
Donc vérifiez la concordance entre ce qui a été décrit par le vendeur et la réalité de l’objet que vous tenez entre les mains. Contrôlez ensuite que le bien a été livré avec tous ses accessoires puis testez-le le plus vite possible :


Commencez par les boutons. Sont-ils toujours en place ? Sont-ils opérationnels ?
Pour un boîtier, préoccupez-vous de l’état du capteur, des contacteurs et de la monture. Y-a-t-il des corps étrangers dans la cage du capteur (sable, poussière …). De plus, mieux vaut avoir sous la main un objectif compatible afin de tester plus largement le boîtier.  Photographiez un mur blanc à pleine ouverture afin de repérer d'éventuelles taches sur l’image. Cela donne un indice sur le niveau d’entretien de l’appareil. Si vous voyez des taches sombres ou des traits sur l’image, c’est que le capteur n’est pas en bon état ou vraiment très sales.

Idéalement, le test de l’appareil d’occasion devrait passer par les différents modes photo (manuel, ouverture, vitesse, portrait, …). Changez aussi les ISO afin de vérifier que cela a bien un impact sur les différentes photos prises alors. L’exposition de l’image doit être modifiée avec la sensibilité.
Enfin, pensez à regarder l’état de l’écran de contrôle et la navigation dans les menus.
Pour un objectif, il faudra aussi se préoccuper de la présence de corps étrangers. Regardez s’il n’y en a pas entre les lentilles. Idem concernant les rayures ou traces d’impacts. Si l’objectif est doté d’un zoom, tournez la bague pour ainsi constater sa fluidité.


Dernier point, un reflex, même parfaitement entretenu, finira par tomber en panne. Cela est dû à l’usure naturelle des pièces et notamment de l'obturateur mécanique. La réparation coûte assez cher et mieux vaut opter pour un nouvel appareil lorsque l’obturateur rend l’âme.


Pour avoir un indice sur la durée de vie de cet obturateur, obtenir un juste prix ou choisir un modèle moins sollicité, il faut s’intéresser au nombre de photos prises par le boîtier ; on parle alors du nombre de déclenchements ou de shutter count. La plupart des appareils réflex d’entrée et milieu de gamme sont conçus pour supporter entre 50 000 et 100 000 déclenchements, les appareils semi-professionnels sont encore plus résistants avec 150 000 à 180 000 déclenchements. Enfin, les appareils professionnels sont donnés comme supportant entre 200 000 et 400 000 déclenchements. Encore une fois, cet indicateur reste un indice mais n’est pas une vérité absolue. L’important est de connaître la vie passée du boîtier. Pour connaître ce nombre de déclenchements (caché dans les métadonnées Exif), il existe des logiciels dédiés (XnView, PhotoMe …). Sous Mac, selon le boîtier, il suffit de passer par le mode aperçu de l’OS.

 

Concernant la notice, c’est un plus si elle y est (surtout si vous voulez aussi revendre le bien en question par la suite). Dans le cas contraire, on la retrouve en format PDF sur internet. La facture et l’emballage seront aussi utiles pour la revente du bien. De plus, la facture prouvera son prix d’origine.


Et vous chers photographes? avez-vous déjà acheté du matériel d'occasion? quelle a été votre expérience? que planifiez-vous d'acheter prochainement?

A propos de l'auteur

Pyf

Pyf

Professionnel de la surexposition, surdoué du mauvais cadrage, j'ai décidé de me prendre en main pour enfin obtenir des clichés de qualité. Débutant(/amateur) de niveau intermédiaire, la photo me passionne et je souhaite mettre en application les connaissances acquises pour mes deux autres passions : mon fils et l'Histoire.

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

formation gratuite

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.