Skip to the content

Comment devenir photographe ?

photographe

Avec la technologie qui évolue sans cesse, le secteur de la photographie connaît, lui aussi, différentes mutations. C’est pourquoi le photographe d’aujourd’hui est bien différent de celui d’hier. Si les impératifs restent globalement les mêmes (gestion de la lumière, connaissance du matériel, réglages…), les missions d’un photographe contemporain vont au-delà de la « simple prise de clichés ». En effet, le passage par les logiciels de retouche est devenu primordial.

 Que l’on soit à son compte ou salarié, les clients potentiels sont aussi plus nombreux que par le passé : agences magazines, agences de presse, agences d’illustration, studios privés, services photo des collectivités locales, maisons d’édition, particuliers... Les spécialités sont aussi plus nombreuses et ne se limitent plus aux photos de mariage, de mode ou au portrait. On retrouve maintenant des spécialistes de la photo culinaire, des animaux de compagnie, des produits ou encore les paparazzis. Et d’autres spécialités se sont développées durant le 20e siècle, comme la photographie de guerre.

 Avant d’entrer plus dans le détail, il faut préciser qu’il est bien évidemment possible de devenir photographe professionnel en autodidacte. Cette option est certainement plus complexe, car il faut se former seul et cela concerne donc davantage les personnes qui maîtrisent déjà les différentes techniques photographiques. Bien que ce soit plus difficile, certains y parviennent, ce n’est donc pas impossible.

Matériel

Quel que soit le parcours choisi, un photographe se doit d’être un minimum équipé. Et il faut bien reconnaître que cela représente un certain budget. Ce dernier devra être déterminé en fonction du type de pratique et de spécialité.

 Ainsi, un photographe aura toujours plusieurs boîtiers (un principal et un de secours), des optiques et des flashs selon le sujet et différents accessoires comme des cartes-mémoire, des filtres, des trépieds, des batteries et des sacs de transport. À cela s’ajoute tout le matériel informatique pour la phase de retouche photo, à savoir, un ordinateur assez puissant pour gérer les logiciels type Photoshop, les supports de sauvegarde, un écran de qualité ou encore la sonde de calibration.

 Mais avoir du bon matériel et pratiquer régulièrement ne suffit pas. Les nouvelles technologies sont de plus en plus accessibles au grand public, qui pense parfois faire des photos aussi bonnes que celles d’un professionnel. C’est une erreur. Il est impérativement nécessaire d’acquérir toutes les bases, toutes les techniques et tous les savoir-faire professionnels.

Atteindre un niveau professionnel nécessite de maîtriser parfaitement :

  • le matériel photo : réglage, ouverture, temps de pose, ISO…
  • l’ensemble des accessoires : éclairages, réflecteurs, filtres....
  • les règles de base : règle des tiers, lignes directrices…
  • les techniques de prise de vue : plongée, contre-plongée, contre-jour…
  • la post production : logiciels de retouche, photo...

 Pour se démarquer de la concurrence (qui est extrêmement rude et parfois déloyale), il faut aussi trouver son style et le développer. Et ce n’est pas chose facile. C’est un processus continu qui durera toute la carrière du photographe, notamment en raison des influences extérieures (autres photographes, innovations technologiques permettant de nouveaux concepts photo…).

 Le style doit refléter la vision d’un photographe sur le monde qui l’entoure. Il doit faire ressentir sa sensibilité artistique et asseoir sa marque de fabrique. Une identité marquée permet à des clichés d’être reconnaissables et d’être associés à l’artiste. Avoir un style, c’est aussi être original, à savoir ne pas faire comme les autres. Tout un programme, en somme.

matériel photo

3 Types de photographe

Associés au mot photographe, vous avez déjà dû entendre les termes d’auteur, artiste, presse ou artisan. Voyons les différences.

  • Le photographe-auteur (ou photographe d’art)  réalise des clichés selon ses inspirations, sa spécialité. il est amené à photographier tous les sujets de son choix, paysages, êtres vivants ou objets, avec créativité et originalité. Ses réalisations sont alors exposées en galerie ou publiées. Sa rémunération dépend principalement des droits d’auteur dès lors qu’il cède la propriété de son oeuvre. Il en fixe le montant. Lorsqu’il vend des originaux, le tirage des photos est limité à 30 exemplaires numérotés qu’il doit signer. Au-delà de 30 unités, la photographie concernée devient un produit commercial et n’est plus considérée comme une oeuvre d’art. Le photographe-auteur dépend de l’Agessa, le régime de Sécurité Sociale des Artistes-Auteurs et ne peut réaliser des opérations commerciales avec les particuliers.
  • Le photographe artisan (ou photographe illustrateur ou d’illustration) voit son activité relever de la prestation de services et doit créer une structure juridique. Il prend des photos mais celles-ci ne lui appartiennent pas. L’aspect artistique est logiquement moins présent car ce photographe peut être amené à réaliser de classiques photos de classe, comme de mariage. Il répond aux besoins des clients, donc si leurs directives sont classiques, la prestation le sera aussi. En plus des photos, il peut faire du développement, de l’agrandissement, du montage, de la restauration …
  • Le photographe de presse travaille, comme son nom l’indique, pour la presse : Agence, presse papier, internet. S’il ne fait que les photos, il peut alors collaborer sur le terrain avec un rédacteur. Si par contre il travaille seul sur un article, c’est aussi à lui de le rédiger, en plus de la prise de photo. Il est alors photojournaliste. 

Il peut travailler comme salarié pour une seule entreprise ou comme indépendant pour plusieurs clients professionnels de la presse. Dans le cadre de cette activité, il peut soit recevoir des instructions pour réaliser un reportage, soit en faire un de sa propre initiative, pour ensuite tenter de le vendre à différents médias.

Ce métier demande une certaine expérience car il faut être capable de prendre la bonne photo au bon moment afin d’illustrer un sujet ou une situation parfois “complexe”.

Ces 3 métiers peuvent être cumulés sous certaines conditions. Un photographe d’art peut vendre ses tirages en dépendant de l’Agessa tout en étant photographe indépendant artisan ou de presse. Possible également de combiner une activité de photographe salarié avec une activité de photographe artisan ou d’art pour augmenter ses revenus.

 

photographe pro

Comment se former 

L’offre de formation est assez large puisqu’elle s’étale du CAP photo au Master en passant par le Bac pro et le BTS. Ces formations diplômantes et professionnalisantes permettent à différents profils d’avoir accès aux arts médiatiques. La majorité des formations sont reconnues par l’État et enregistrées au RNCP, légitimant les diplômés une fois leurs études terminées et quand ils sont entrés dans le monde professionnel. Il convient donc de vérifier le statut de la formation avant de s’y inscrire. Idem pour le contenu. Les formations photographie doivent permettre aux étudiants d’acquérir un savoir-faire technique ET artistique.

 Que vous soyez collégien, lycéen, étudiant ou en reconversion professionnelle, vous devriez trouver le cursus qui vous convient :

  • Le Bac pro Photographie est accessible directement après la classe de 3e. Ce Bac se concentre davantage sur les aspects techniques plutôt qu’artistiques. Le lycéen s’exerce à travailler les réglages lumière, la mise au point, l’objectif, la vitesse… selon un rythme en alternance.
  • Le BTS photographie forme des étudiants à devenir des techniciens maîtrisant toute la chaîne graphique (numérisation ou retouche d’images, scanner, PAO) et l’aspect commercial du métier. Un diplôme de niveau bac+2 qui est, lui aussi, très complet. En théorie, ce BTS est ouvert à tous les bacheliers ou Bac pro photographie. Mais de solides connaissances scientifiques sont souvent demandées.
  • Après un BAC+2, les écoles nationales de photographie proposent des formations à BAC+5. Elles sont réputées comme étant très sélectives.
  • Certaines universités proposent également des masters mention photographie.
  • L’École des Beaux-arts propose une spécialité photo, tout comme l’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD)

Par le passé, il existait le CAP photo qui permettait d’apprendre la photo sans avoir le BAC. Ce diplôme d’État était de niveau V. Généraliste et complet, ce CAP photo jouissait d’une bonne réputation dans la profession.

Les étudiants doivent bien comprendre que les enjeux du métier de photographe sont différents d’un secteur à l’autre, que les exigences ne sont pas les mêmes. C’est pourquoi ils doivent se renseigner sur les métiers visés. Être photographe englobe bien des métiers différents.

 L’apprentissage en alternance reste un excellent moyen pour accumuler de l’expérience professionnelle et pour appliquer la théorie apprise en cours. 

 Pour les salariés en reconversion, il existe le compte personnel de formation (CPF). Ce compte permet de cumuler des heures de formation tout au long d’une carrière et de les utiliser dans le cadre d’un perfectionnement ou d’une reconversion. Il faut généralement déposer un dossier de candidature et se préparer à un entretien de motivation. Le financement de la formation en CPF se fait par le biais des heures disponibles sur ce compte. Plus une personne aura travaillé et plus elle disposera d’un nombre d’heures important. Ainsi, la formation sera prise en charge financièrement, bien qu’une partie puisse rester à la charge de la personne.

Pour celles et ceux qui sont les plus débordés, les cours du soir sont une autre option permettant de ne pas changer de travail dans l’immédiat. Le plus compliqué est alors de trouver un lieu de formation proposant ces cours en soirée.

Enfin, les cours à distance. Là aussi, cela permet de garder son travail et d’étudier à la maison, à son rythme.

étude

 

Qualités nécessaires

Un bon photographe doit avoir plusieurs qualités et les développer. Il devra préparer et réaliser ses clichés dans plusieurs spécialités (portrait, mode, reportage…). Il choisira seul son projet ou devra répondre à une demande précise, suite à une commande. La créativité artistique est donc la première des qualités. L’expérience y aide grandement. 

Être curieux est aussi une qualité qui favorise également la créativité artistique. La curiosité permet de se forger une certaine culture qui donnera des idées de compositions au photographe. 

Il faut aussi savoir faire preuve de patience avec les clients (qui peuvent ne pas vraiment savoir ce qu’ils veulent) ou avec certains sujets comme les enfants ou les animaux. Bref, il faut avoir un bon  relationnel.

 Une autre qualité indispensable et qui marche de pair avec la patience, est la flexibilité. Là aussi, il faut vous adapter aux besoins des clients, aux caprices de la météo ou à d’autres mauvaises surprises (une annulation, un appareil qui lâche…). 

Enfin, la polyvalence, notamment lorsque l'artiste travaille seul. Il devra tout gérer : la communication, le démarchage, la réalisation des photos, la retouche et parfois le tirage. Cette dernière qualité découle notamment d’une certaine curiosité. Avoir l’esprit ouvert vous permettra d’élargir votre domaine de compétence. Se tenir au courant des tendances du secteur permet de ne pas s'isoler sur le marché, d’être à la page (tout en gardant son propre style).

Un professionnel de la photo doit avoir différentes qualités pour jongler entre les demandes, les imprévus et les impératifs.

jongler 

Salaire et débouchés 

Au début de sa carrière, un photographe salarié commencera probablement avec un salaire équivalent au SMIC. Sa rémunération évoluera en fonction de son expérience et de la taille de son entreprise. 

En indépendant, cela dépend exclusivement de son carnet d’adresses et de sa capacité à se faire connaître et reconnaître comme un bon professionnel. Cela veut donc dire qu’il faut se préparer à ne pas avoir de revenus stables pendant un temps. C’est pourquoi beaucoup ont un autre travail en parallèle ou que certains ne déclarent pas cette activité; raison pour laquelle je parlais plus haut de concurrence déloyale.

Mais pour gagner en notoriété, il faut exposer son travail aux yeux de tous. Pour cela, vous pouvez commencer par utiliser les réseaux sociaux. C’est une bonne méthode pour avoir la main sur ce que vous voulez publier. Mais cela n’est pas suffisant. Créer son book est aussi une étape incontournable (du moins au début), tout comme le fait de participer à des expositions. Pensez aussi à faire du référencement autour de votre nom commercial. Pour cela, communiquez sur les forums dédiés, les annuaires, réseaux sociaux et autres sites photo.

Lorsque vous aurez un peu plus de notoriété et d’expérience, organiser une exposition personnelle peut aussi être un moyen de se faire davantage connaître et de trouver de nouveaux prospects.

Sachez aussi qu’un photographe ne travaille pas forcément seul. Vous pouvez vous associer, lors d’un évènement, avec d’autres spécialistes de l’image. 

Le salariat se fait aussi de plus en plus rare et les débutants sont souvent freelance. Les agences de communication et de publicité, les groupes de presse constituent les principales opportunités du métier de photographe professionnel.

Mais encore une fois, la concurrence est forte. La photographie professionnelle est avant tout un métier qui rime avec “passion”. C’est cette dernière qui poussera l’artiste à aller de l’avant malgré les échecs et les déconvenues. C’est elle qui vous aidera à rebondir et à essayer de nouvelles choses. Si la passion fait défaut ou qu’elle n’est pas assez présente, il y a fort à parier que l’aventure se terminera rapidement.

A propos de l'auteur

Pit

Pit

Passionné par la création d’image et grand rêveur dans l’âme, la photographie m’a permis de combler ce désir de raconter une histoire sans avoir à y passer 10 heures. C’est cette capture narrative qui me fascine le plus. Par conséquent, je me focalise en général davantage sur la créativité que sur la technique pure. Ne me demandez donc pas si je préfère une marque ou une autre: c'est le cadet de mes soucis ! ;)

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.