Skip to the content

Quel reflex en 2019 ?

Si jamais vous souhaitiez changer d’appareil ou tout simplement vous lancer, voici trois modèles de reflex que nous vous conseillons. Et si jamais ces reflex ne vous convainquent pas, ils vous serviront au moins de points de repères par rapport à d’autres modèles. Ici, nous vous présentons des modèles de chez Nikon et Canon. Mais il existe d’autres marques comme Pentax qui proposent de bons modèles; l’un des gros avantages de Canon et Nikon étant l’importante quantité d’objectifs compatibles.

Pour les appareils présentés ci-dessous et s’ils vous intéressent, pensez à bien parcourir les offres (en magasin ou sur le web). Les prix peuvent varier assez fortement selon les commerçants et la période de l’année.

Nikon D3500

Pour moins de 500 euros, on se retrouve avec un reflex s’orientant vers les débutants et qui veut pousser les photographes amateurs à délaisser leurs smartphones pour se lancer dans l’aventure reflex. Sa prise en main est tout à fait satisfaisante, avec sa forme compacte, son grip et son poids plume. Le revers de la médaille, c’est qu’avec un objectif l’ensemble est un peu déséquilibré. Mais là, je chipote un peu. Et pour rendre son poids aussi léger, Nikon a dû faire des choix. Donc visuellement, il ne peut pas se faire passer pour un reflex haut de gamme (bien qu’il ne fasse pas cheap et que sa qualité de construction soit bonne). Enfin, les mains les plus grandes pourront être gênées par la forme compacte de l’appareil.

Sorti fin 2018, ce reflex fait partie de l’entrée de gamme chez Nikon. Mais entrée de gamme ne signifie pas systématiquement mauvaise facture. En effet, ce D3500 présente de sérieux arguments pour un appareil de cette catégorie: Tout d’abord son autonomie (environ 1500 photos tout de même !). Celle-ci est supérieure à celles de ses concurrents directs. Sa réactivité est aussi un point fort ; son autofocus est performant pour un appareil de ce niveau.

En ce qui concerne la qualité d’image, celle-ci est largement supérieure à celle que l’on peut obtenir avec des smartphones; ou tout du moins en ce qui concerne 99,9% des smartphones disponibles sur le marché. Ce Nikon embarque un capteur APS-C CMOS de 24 Mpx et propose une plage ISO  s'étendant de 100 à 25 600. Le capteur n’est pas de la dernière génération mais il contentera la plupart de ses utilisateurs cibles. Surtout que l’appareil s’en sort très bien au niveau de la gestion de bruit électronique (au-delà de 1600, la dégradation se fait tout de même sentir). En investissant dans un bon objectif, vous remarquerez rapidement les performances de cet appareil.

À noter qu’à ce tarif-là, l’écran n’est ni tactile ni orientable, bien qu’il reste d’une taille satisfaisante, avec une bonne colorimétrie. C’est le  minimum syndical aussi en matière de connectiques : port SD, charge micro USB. Dommage que l’on ne trouve pas de port micro car en vidéo, ce reflex propose un très bon niveau de capture.

Ce que l’on pourrait lui reprocher, c’est son manque de personnalisation. Mais comme nous le disions, cet appareil se destine aux débutants qui eux, ne seront pas vraiment perturbés. Par contre, il faut leur préciser que le viseur est assez étroit par rapport à d’autres modèles et qu’il ne couvre pas l'intégralité de la scène visée. Il est indispensable qu’ils le sachent, afin d’éviter les mauvaises surprises lors du visionnage des photos prises. Et comme ce modèle veut toucher les débutants, Nikon a eu la bonne idée d’intégrer différents menus simples et clairs (menu basique ou avancé).

À défaut de Wifi, l’interaction avec un smartphone est aussi possible par Bluetooth. Pour cela, il vous faudra télécharger l’application SnapBridge. Cette dernière propose quelques options assez basiques, comme la gestion des photographies prises avec votre APN et le stockage automatique si besoin; sans oublier le fait de pouvoir transformer votre smartphone en déclencheur à distance.

Même s’il n’est pas sans rappeler son prédécesseur le D3400, ce Nikon est à conseiller aux débutants, notamment pour ses modes automatiques efficaces. Il est vrai que ce modèle peut se montrer limité pour un débutant se découvrant une passion pour la photo et  souhaitant aller plus loin dans son apprentissage. Pour les niveaux intermédiaires ou confirmés, il est évident que ce D3500 ne fera pas l’affaire.

L’un de ses concurrents, le Canon EOS 2000D est une autre alternative. Moins cher, il est aussi globalement moins performant. 



Nikon-D3500

Canon EOS 800D

Si maintenant on souhaite monter en qualité, Canon propose un appareil milieu de gamme. Sorti mi 2017, le EOS 800D est, lui aussi, destiné à un large public. Sans trop en faire, ce Canon propose de nombreuses fonctionnalités, accessibles à tous. Sa prise en main est très bonne (plus adaptée aux grandes mains) et son assemblage respire la solidité. Rien de bien nouveau pour les habitués de chez Canon, lequel apporte son lot de nouveautés extérieures à doses homéopathiques sur ce genre de modèle; le but étant de pérenniser une formule qui fonctionne.

Comme sur le Nikon vu précédemment, le viseur optique est un peu étroit et ne couvre pas la totalité de la scène. Par contre, ce EOS propose un écran  relativement lumineux de 7.7cm de diagonale, orientable et tactile. Concernant l’autonomie du EOS, la batterie fournie permet de shooter entre 600 et 700 fois. Cependant, avoir une deuxième batterie n’est jamais du luxe.

Classique aussi, pour les habitués de la marque, la navigation externe. Sur la partie supérieure, on retrouve le barillet de sélection des modes de prise de vue, les commandes de l’autofocus, de la sensibilité, la mise sous tension, la molette de réglage, le déclencheur, etc etc. Idem à l’arrière du boîtier :  les touches Menu et Info sont à gauche du viseur et celle du mode vidéo est positionnée à droite. On retrouve aussi le mémorisateur d’exposition, le sélecteur de collimateur AF, l’accès au réglage de l’ouverture en mode manuel et au Quick Menu, la touche d’activation du mode wifi; sans oublier les touches de réglage de la balance des blancs, de l’autofocus, de la cadence de prise de vue et des styles … Bref, du relativement classique.

Pour ce qui concerne la navigation dans les menus de l’appareil, ces derniers sont encore bien organisés avec pages explicatives (désactivables). On ne risque pas de se perdre; un vrai bon point pour les novices.

Au niveau des connectiques :  micro, télécommande, HDMI, SD et mini-USB, les Wifi, NFC et Bluetooth permettent les connections sans fil et le pilotage de l’appareil. Pour cela, il faudra télécharger l’application dédiée Camera Connect. 

Canon a retravaillé l’autofocus pour ce modèle qui gagne en réactivité. Ainsi, la détection se fait plus rapide et intuitive, y compris pour un sujet en déplacement. Pour le capteur, Canon a également planché sur le sujet afin que ce EOS 800D offre une meilleure gestion du bruit. Les ISO peuvent monter jusqu’à 25 600 mais au-delà de 6 400 environ, la montée du bruit se fait sentir (3 200 étant le palier).

Pour conclure avec ce modèle, ce Canon EOS 800D n’est évidemment pas parfait mais il offre plus de possibilités que le Nikon D3500 sur le long terme. Canon propose un reflex avec de réelles qualités pour les débutants, voire les photographes un peu plus expérimentés.

On peut mettre en concurrence ce Canon avec le Nikon D5500 ou le D5600. Ces deux modèles disposent d’une excellente qualité de construction, d’un écran orientable et tactile. La qualité d’image est bonne, tout comme l’autonomie. Ils sont équipés du Wifi  tous les deux et le D5600 propose en plus le bluetooth (Snapbridge compatible).

 

Canon-EOS-800D

 

Nikon D850 

Nous voilà maintenant en présence d’un modèle haut de gamme avec un boîtier nu vendu à plus de 3 000 euros. Ce Nikon D850 se destine clairement aux photographes expérimentés, professionnels ou non. Sorti durant l’année 2017, ce reflex plein format pèse nu 1kg. Par rapport à ses prédécesseurs, la poignée a été retravaillée; elle  est plus profonde ET moins large. Des changements qui ne conviendront pas à toutes les personnes, selon la taille de leurs mains (notamment les plus petites qui seront probablement gênées par la profondeur de la poignée).

Comme ce modèle s’oriente vers les photographes expérimentés ou professionnels, pas étonnant que Nikon ait décidé de supprimer le flash intégré. Les utilisateurs préfèreront installer leurs propres flashs, sans doute de meilleure qualité que ceux habituellement intégrés dans les boîtiers. Autre changement par rapport à un boîtier “traditionnel”, la permutation (ISO et Mode) ou la disparition (mémorisation de l’exposition et  mise au point) de certaines commandes. Les utilisateurs de ce boîtier étant différents des autres, de par leur expérience, il fallait donc adapter l’emplacement des commandes en fonction de leurs besoins. Et au tarif de la bête, le viseur couvre bien 100% du champ de la  scène. La visée est très claire.

Mais si certaines commandes disparaissent en externe, c’est pour laisser la place à d’autres, comme un joystick multifonction, qui permet de déplacer la sélection des collimateurs de mise au point et de mémoriser l’exposition/la mise au point. À noter aussi que certaines touches sont rétroéclairées et que l’écran de 8 cm de diagonale est tactile ET orientable (à 170°, montage sur axe horizontal). Il permet de contrôler les paramètres de prise de vue, de naviguer dans les menus, de faire défiler les clichés ou encore de zoomer comme sur un smartphone; une navigation rapide grâce à cet écran tactile.

En ce qui concerne les connectiques, ce boîtier tropicalisé est équipé d’un emplacement pour les cartes de type SD et d’un autre pour les cartes de type XQD. Présentes aussi les prises micro, casque et HDMI; ou encore la prise télécommande et la prise de synchro-flash, l’USB Hi-Speed avec micro-connecteur USB, le Wifi et le Bluetooth. On peut donc commander ce reflex à distance par le biais d’une tablette ou d’un smartphone. Pour cela, il faudra passer par l’application SnapBridge. Cette dernière permet un transfert d’images assez rapide du moment que celles-ci voient leur taille réduite.

Pour l’autonomie, comptez environ 2 000 vues avec la batterie d’origine EN-EL15.

Plus de 3 500 avec la batterie d’origine EN-EL15 et le grip.

Plus de 5 000 si vous investissez dans le grip MB-D18, la batterie EN-EL18b et son chargeur double (soit environ 900 euros de plus à sortir tout de même).

Mais ces données des constructeurs sont à relativiser. En effet, même si elles sont annoncées comme ayant une basse consommation, certaines fonctions restent plus ou moins énergivores : Live View, Bluetooth, navigation dans les menus, consultation fréquente des photos.

Passons maintenant à la qualité d’image; inutile de préciser qu’elle est exceptionnelle. Au tarif de la bête, c’est un minimum, me direz-vous. C’est encore actuellement l’une des meilleures prestations sur le marché. Le piqué est de haut niveau, tout comme la définition et la sensibilité. Il est aussi possible de choisir entre différents formats, de Full Frame au 1:1 en passant par l’ASP-C (DX).

On relève un point faible, cela dit, concernant ce boîtier haut de gamme. Son capteur n’est pas stabilisé donc avec une vitesse basse, attention aux flous de bougé. Une lacune que l’on peut compenser avec des accessoires comme un trépied, un déclenchement à distance et/ou une optique stabilisée; mais aussi grâce à la sensibilité. En effet, ce Nikon se montre très très bon lorsqu’il s’agit de monter en sensibilité. La qualité reste excellente jusqu’à 12 800 ISO. On remarque seulement une perte de détail à ISO 25 600.

Vous pouvez aussi retrouver d’autres modèles de très bonne facture sans investir autant. C’est notamment le cas d’un autre Nikon, le D7500 qui jouit d’une très bonne réactivité. On y retrouve le savoir-faire de la marque en matière d’autofocus, de qualité d’image et de suivi et il est moitié moins cher que le Nikon D500 (un autre excellent modèle au passage). Ils n’en demeurent pas moins tous les deux de très bons reflex pro APS-C; le Nikon D850 étant vraiment le très haut du panier.

Nikon-D850

Si jamais ces différents modèles ne vous intéressent pas, gardez en tête certains points à vérifier lors de vos recherches (liste non exhaustive). 

Tout d’abord le capteur.  Plus ce dernier sera grand et plus il sera capable de gérer la lumière lors de forts contrastes ou lorsque celle-ci se fait basse. On pense alors naturellement au capteur full frame (ou plein format). Avec ce dernier, la question du facteur de correction à apporter à la focale de l’objectif ne se pose pas. Un 50 mm cadre effectivement bien comme un 50 mm. Il est aussi possible de réduire plus facilement la profondeur de champ, afin d’obtenir des flous d’arrière-plan plus esthétiques. Voilà quelques exemples pour justifier l’achat d’un APN équipé en full frame.

Mais le hic vient (notamment) des tarifs. Les reflex équipés de ce genre de capteur sont disponibles à des tarifs qui peuvent faire peur (1000 à 1500 euros pour un appareil concert). Les modèles qui embarquent un capteur de type APS-C sont bien plus accessibles, comme nous avons pu le voir plus haut. Se pose aussi le problème de la compatibilité. Les boîtiers full frame sont plus encombrants (généralement), non compatibles avec les optiques au format APS-C et demandent une plus grande maîtrise technique. Enfin, les optiques sont elles aussi plus chères, plus lourdes, plus encombrantes.

Ensuite, interrogez-vous sur ce que vous voulez vraiment faire comme photos. Inutile de faire des dépenses inconsidérées dans des téléobjectifs si finalement vous préférez faire du portrait ou de la photo de rue. Et en vous questionnant sur vos envies réelles, faites de même sur la gamme des objectifs disponibles pour l’APN que vous avez sélectionné. Si vous optez pour une marque comme Canon, Nikon ou même Pentax, il y aura assez de choix pour satisfaire vos projets photo sans vous ruiner. À noter tout de même que les gammes les plus larges se trouvent chez Canon et Nikon. Et si votre budget le permet, lors de l’achat d’un reflex ou hybride, rajoutez dans votre panier un autre objectif que celui vendu avec le boîtier. Un 50 mm F/1.8 est certainement un objectif incontournable pour son importante polyvalence (indispensable en basse lumière, oblige à se déplacer lors du cadrage et meilleure profondeur de champ).

Pour conclure cette première partie, sachez que le produit parfait n’existe pas. Si les utilisateurs peuvent avoir des points communs, ils restent tous uniques, avec leurs propres habitudes de shoot et leurs besoins personnels. Donc dans la mesure du possible, essayez les modèles.






A propos de l'auteur

David

David

Marié à une photographe et très bon ami d'un photographe expert, j'ai pu découvrir quelques uns de leurs secrets. Je suis encore très loin de leurs niveaux mais je vais continuer de m'améliorer et partager avec vous tout ce que je sais et que j'apprends au fur et à mesure de ma progression.

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.