Skip to the content

Les filtres en photographie

 

Quelle que soit la discipline, les accessoires disponibles sont souvent très nombreux. En matière de photo, on peut aussi entendre que certains sont plus indispensables que d’autres. En réalité, c’est surtout que des accessoires sont moins adaptés que d’autres (voire même inutiles) selon le type de réalisations espérées. Et c’est typiquement le cas des filtres.

 

Existant déjà à l’époque de la photo argentique, les filtres sont-ils toujours nécessaires à l’époque du numérique ? Doit-on vraiment s’y intéresser alors que les logiciels de retouche sont toujours plus puissants ? C’est ce que nous allons voir ensemble avec cette petite revue d’effectif (liste non exhaustive).

 

filtre

 

Tout d’abord, si vous vous êtes déjà intéressés aux filtres, vous avez pu constater qu’il en existe un grand nombre de modèles différents. Tous n’ont pas la même fonction.

Peu importe le filtre que vous choisirez, orientez-vous toujours vers un produit de qualité pour ne pas dégrader la qualité de vos photos. Par exemple, un filtre multicouche vous évitera des reflets parasites. Normalement, quel que soit votre objectif, vous pouvez y adapter n’importe quel filtre et de n’importe quelle marque. Il faut néanmoins que filtre et objectif soient du même diamètre. Cela dit, il existe aussi des adaptateurs permettant de placer des filtres d’un diamètre supérieur sur des objectifs plus petits. D’ailleurs, inutile d’acheter des filtres pour tous vos objectifs. Achetez plutôt des filtres compatibles avec votre objectif le plus gros, puis investissez dans ces adaptateurs. Cela vous coûtera moins cher.

Pour revenir à la qualité des filtres, celle-ci est encore plus importante si vous les superposez. En faisant cela, vous perdez en piqué; une perte encore plus flagrante avec des filtres de moindre qualité.

Le premier filtre à citer est le filtre neutre. S’il est traité antireflet, il n’a aucun impact sur vos images, ne changeant rien aux couleurs ni au contraste. Son rôle alors ? Protéger vos objectifs contre les poussières, rayures, traces, chocs… Si vous travaillez exclusivement en intérieur ou que vous êtes très soigneux, il ne sera pas indispensable.

Par contre, dès lors que vous sortez, par exemple en bord de mer avec un petit vent, mieux vaut en avoir un. Cet accessoire vous permet aussi d’avoir un appareil toujours prêt à shooter, sans avoir besoin de remettre le capuchon. Hoya, BW et Nikon sont les marques les plus réputées.

filtre neutre canon

 

Passons ensuite à un autre filtre protecteur : le filtre UV. Vous l’aurez compris, il s’agit là d’un accessoire qui filtre les ultra-violets. C’est dans des conditions d’ensoleillement intense (comme à la plage ou à la neige) que ce filtre se montrera utile et viendra compléter le traitement UV des objectifs. Il diminue la radiation bleue et les effets du voile atmosphérique qui rend les prises de vue en extérieur floues. 

Dans les faits, il est vrai que ce filtre fait un peu double emploi, les objectifs récents  étant déjà traités anti-UV. On peut alors se servir de ce filtre UV comme protection pour la lentille frontale. 

Attention cela dit, car ce filtre peut nuire à la qualité des images. En effet, selon les conditions lumineuses, des reflets peuvent apparaître, surtout si le filtre n’est pas en verre, mais en matière synthétique.

Attention également au type de filtre UV utilisé. Il y a les non colorés et ceux légèrement roses (les skylight »). Ces derniers vont apporter une autre dominante de couleur qu’il vous faudra ensuite corriger en postproduction. Ce filtre va légèrement réchauffer les couleurs et peut servir pour les portraits.

Orientez-vous vers des filtres proposés notamment par Gobe, Hoya et Hama, Hoya étant souvent cité comme ayant un bon rapport qualité-prix.

 Filtre UV Hoya

 

Voyons maintenant le filtre ND (pour Neutral Density ou gris neutre en français). Cet accessoire permet de « jouer avec l’intensité de la lumière » comme des lunettes de soleil, mais sans impacter les couleurs et sans intervenir sur le diaphragme, la vitesse ou la balance des blancs.

Lors de la prise de vue, ce filtre offre aussi la possibilité de diminuer la sensibilité et d’augmenter le temps de pose en plein jour. Un filtre idéal lorsque l’on veut capter des mouvements d’une scène ou les supprimer, et que cela est compliqué sans filtre, à cause de la surabondance de lumière. Ainsi, des voitures se déplaçant sur une route peuvent disparaître et une chute d’eau peut se figer, se transformer en filet; un filtre qui donne à l’eau un aspect cotonneux.

Le filtre ND permet enfin de diminuer la profondeur de champ en autorisant l’utilisation de grandes ouvertures.

Plusieurs variations existent, faisant perdre plus ou moins de lumière, désignées par les lettres ND suivies d’un chiffre : ND2, ND4, ND8… ND1000. Il s’agit en réalité d’un coefficient multiplicateur du temps de pose à prendre en compte pour régler l’exposition. Ainsi avec un ND2 vous multipliez par 2 le temps de pose (vitesse d’obturation), avec un ND4, par 4… Il est aussi possible d’ajouter un filtre ND supplémentaire pour obtenir une valeur plus forte (leur valeur se multipliant). Pour rester simple, un ND2 et un ND4 « donnent » un ND8. Donc avec un ND8 et un ND1000, vous « obtiendrez » un ND8000. Les faibles valeurs (ND2, 4, etc.) sont surtout utilisées pour les photos d’intérieur. Les ND 400 et 1000 seront adaptés pour un contexte extérieur.

Aux filtres ND, vous pouvez aussi rajouter d’autres types de filtres, comme un polarisant; on peut donc jouer avec les effets plus simplement encore.

Il existe aussi des filtres ND variables, mais tous ne sont pas de qualité égale, avec risque de perte de piqué et vignettage.

Donc, ce filtre ND n’est pas forcément celui que l’on utilise en permanence, mais il est clairement utile lors de sessions photo l’été en bord de mer ou lors d’une journée ensoleillée l’hiver, en montagne. Cela vous évitera d’avoir des photos surexposées, complètement inexploitables.

  

filtre ND

 

Parlons des filtres dégradés. Ils permettent eux aussi de diminuer la quantité de lumière, mais sur une partie seulement de la photo. En effet, ils se composent de deux parties : l’une transparente et l’autre colorée, à la densité plus ou moins importante.

À noter que de nombreuses couleurs différentes sont disponibles, offrant ainsi la possibilité de coloriser le ciel. Ces filtres permettent de conserver un équilibre des couleurs, tout en diminuant les différents contrastes sur un même sujet. Lors d’un shooting de paysage, ce filtre dégradé va diminuer les écarts de luminosité entre le ciel et le reste de la composition. Différents modèles sont disponibles, offrant des transitions plus ou moins progressives entre la zone la plus claire et celle plus foncée du filtre.

Ces filtres permettent d’apprivoiser un coucher de soleil et de dissiper la brume.

Dans la dernière partie de cet article, nous aborderons le cas des porte-filtres. Vous verrez pourquoi ces derniers sont plus efficaces que les filtres vissant lorsqu’il s’agit de filtres dégradés.

filtres dégradés

 

Enchaînons avec le filtre polarisant. Il se montre très pratique lorsque vous devez photographier certaines surfaces réfléchissantes, comme l’eau. Et si je dis « certaines », c’est parce que ce filtre ne peut pas faire de miracle, notamment sur des surfaces métalliques très brillantes. Les effets parasites seront atténués, mais ne disparaîtront pas pour autant. Doté d’une bague permettant de le faire tourner, il est capable de supprimer les reflets venant d’une seule direction. Par conséquent, il ne peut atténuer tous les reflets en même temps. Et malheureusement, combiner deux polarisants ne changera rien, les deux filtres se « neutralisant ».

Ce filtre sature les couleurs et améliore le contraste en intensifiant le bleu du ciel, mais aussi le vert. Il ne modifie pas les autres couleurs.

Pour qu’il soit pleinement efficace, il n’est pas judicieux de l’utiliser dans des conditions lumineuses basses. Le filtre et l’appareil devront être placés à environ 90° de la source de lumière, mais surtout pas à contre-jour.

Sur le marché, vous trouverez deux types de filtres polarisants : le circulaire et le linéaire. Optez plutôt pour le circulaire, qui peut être utilisé sur tous les appareils photo modernes et qui est aussi moins cher. De son côté, la version linéaire peut générer des problèmes de mise au point et d’exposition.

Plus orienté vers les appareils argentiques, le filtre linéaire entre en conflit avec le miroir semi-transparent des reflex, qui fait déjà fonction de polarisant. C’est pourquoi les mesures de mise au point et d’exposition se faussent en rajoutant ce filtre.

 

filtre polarisant

 

Et les filtres de couleur? Ils s’avèrent très utiles pour obtenir des photos en N&B de qualité.

  • Tout d’abord le filtre bleu. Il va assouplir les teintes rouges et éclaircir les tons bleus. Pour un paysage, ce filtre va accentuer la brume.
  • De son côté, le filtre rouge va restituer la lumière rouge. Il va absorber les ultraviolets, mais aussi le bleu, le vert et le jaune; idéal aussi pour accentuer les contrastes, faire ressortir les nuages et créer une ambiance lourde dans le ciel.
  • Puis le filtre jaune. Utilisé lors d’un shooting extérieur, il va absorber les UV et accentuer le contraste. Le ciel et les nuages vont ressortir. Ce filtre va aussi impacter les couleurs bleues qui vont être plus sombres. Les feuillages vont davantage ressortir.
  • Avec le filtre vert, les tons rougeâtres vont voir leur contraste s’accentuer et les tons verts vont s’adoucir. Pratique donc pour les herbes et feuillages.
  • Une variante aux deux filtres précédents, le filtre jaune-vert. Utilisé en portrait extérieur, il éclaircit la peau, tout en gardant des tons naturels.
  • Enfin, le filtre orange. La lisibilité des rouges et des jaunes augmente, tandis que le bleu sera filtré. Il est alors possible de créer des paysages avec des ciels tourmentés et de forts contrastes entre les bleus et les jaunes. Les éléments lointains d’un paysage gagnent aussi en détail.

 

filtres couleurs

Filtres couleurs 

 Filtres à visser ou porte-filtres ?

L’utilisation de filtres peut occasionner des débats chez les photographes. Il en va de même pour l’utilisation de filtres vissant ou de portes-filtres, même si les vissants sont plus répandus maintenant.

Si on doit rester assez pragmatique, les deux systèmes demandent une intervention physique sur l’appareil (visser le filtre ou monter l’adaptateur + filtre) et prennent de la place dans votre sac; surtout avec le porte-filtre en plus.

Si le porte-filtre doit être compatible avec votre objectif, les filtres, eux, sont génériques. Par contre, l’utilisation de cet accessoire vous empêchera de monter le pare-soleil d’origine de votre appareil.

En pratique, les filtres vissants sont plus agréables à utiliser. Mais ils ne sont pas sans reproche. Si on en superpose plusieurs sur l’objectif, du vignettage va se créer sur les côtés. Ainsi, les coins de l’image vont apparaître plus sombres. De plus, lorsqu’on utilise un filtre dégradé, les possibilités d’ajustement de la zone du dégradé deviennent minimes. Inversement, avec un porte-filtre, il est possible de positionner le dégradé là où on le souhaite. De plus, le filtre carré étant plus large que l’objectif, il n’y aura pas de risque de vignettage. Mais il est vrai que le temps d’installation est plus important.

C’est peut-être comme cela qu’on peut différencier les deux systèmes de filtres; les vissants étant plus pratiques, mais moins flexibles. Et du coup, c’est l’inverse pour les porte-filtres.

Si l’option porte-filtre vous intéresse, sachez que les filtres fabriqués par LEE Filters sont souvent présentés comme une référence chez les professionnels.

 

porte-filtre

 

 




A propos de l'auteur

David

David

Marié à une photographe et très bon ami d'un photographe expert, j'ai pu découvrir quelques uns de leurs secrets. Je suis encore très loin de leurs niveaux mais je vais continuer de m'améliorer et partager avec vous tout ce que je sais et que j'apprends au fur et à mesure de ma progression.

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

formation gratuite

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.