Skip to the content

La Macro, mode d'emploi

 

Grenouille, Papillon, Étang, Mise En Miroir, Nature



Tout d’abord, commençons par définir la macrographie (ou macro). Cette technique photo permet de découvrir un autre monde pourtant à portée de main. En effet, ce monde du quotidien, c’est celui bien souvent des végétaux ou des insectes mais les sujets restent nombreux. 

Avec l’avènement du numérique, cette discipline a connu un réel essor, parce qu’il permet de recommencer “à l’infini” les clichés alors qu’au contraire l’argentique limitait les essais étant donné sa nature. Il faut dire aussi que saisir l’infiniment petit peut réserver quelques belles surprises. Réussir un beau cliché est un défi contre soi-même car il faut, entre autres, faire preuve de patience et de précision. Néanmoins, les règles restent similaires à celles des  autres disciplines photo.

 

Rapport de grandissement, macro et proxi 

Avant d’évoquer le matériel nécessaire pour faire de la macro, il nous faut évoquer une notion, celle du rapport de grandissement. La macrographie consiste à photographier un sujet avec un rapport minimum de 1:1 (c’est-à-dire à sa taille réelle).

Le grandissement est mesurable puisqu’il se calcule à partir de l’image d’un objet lui-même mesurable. Le grandissement est le rapport entre la dimension de l’image enregistrée sur le capteur de l’appareil photo et la dimension réelle du sujet photographié. Cela aide à définir l’efficacité des accessoires permettant de réaliser de la photo rapprochée. Ainsi, le grandissement G = Image / Objet

Quand un objet fait 2 cm et que l’image de ce même objet mesure 1 cm sur le capteur, alors on a un rapport de grandissement de 1/2 (ou 1:2), soit x0,5.

Lorsque l’image de ce même objet mesure cette fois 2 cm sur le capteur, le rapport de grandissement sera de 1/1 (1:1), soit x1

Ainsi, lorsque ce rapport est compris entre 1:2 et 1:10, on parle de photo proxi (ou proxiphotographie). Le sujet est alors 2 à 10 fois moins grand qu’en réalité. Si par contre, le rapport de grandissement est égal à 1:1 ou supérieur (2:1; 3:1, 4:1, …), cela veut dire que le sujet apparaît sur le capteur à taille réelle ou deux, trois, quatre  fois plus grand.

 

Le matériel

Si vous n’avez pas consulté notre dossier “Introduction à la photo”, nous vous encourageons vivement à le faire. Les différents types de capteurs y sont plus largement détaillés. Le choix des capteurs est à prendre au sérieux notamment pour le type de photos auquel nous nous intéressons  aujourd’hui.

 

  • Si vous n’êtes pas équipés ou si vous comptez changer de matériel, mieux vaut vous orienter vers des APN équipés de capteur de type APS-C et dont on peut changer les objectifs 

La taille des capteurs APS-C est la plus commune, la plus répandue et probablement la plus appréciée. Selon les fabricants, ce format est 1,5 à 1.6 fois plus petit que le capteur plein format. Moins cher que ce dernier, le capteur APS-C est adapté pour la macrographie.

S’il est vrai que plus le capteur sera grand, plus il sera sensible, il faut aussi tenir compte du fait que plus aussi sa profondeur de champ va se réduire. Voilà pourquoi, mieux vaut partir quand on est débutant, sur un capteur APS-C. Les capteurs plus grands comme le moyen format et le grand format offrent une meilleure qualité d’image et une sensibilité plus performante MAIS, moins souples à l’usage, ils demandent un réel savoir-faire pour la mise au point, sans parler des tarifs qui peuvent être rédhibitoires. 

Restent les capteurs des bridges et des compacts. Sans être forcément mauvais, ils sont, cela dit, plus petits qu’un APS-C mais aussi moins performants, surtout quand le but est de faire  de la photo macro.

 

  • Les objectifs: ceux dédiés à la macro permettent un grossissement 1:1 (encore une fois, cela indique que le sujet apparaît en taille réelle sur le capteur de l’appareil). On peut tout à fait utiliser ces objectifs pour d’autres types de photos que la macro. Ils se comportent alors comme des objectifs traditionnels. 

Comme nous allons le voir ensuite, il existe des accessoires pour faire de la macro mais aucun ne peut véritablement remplacer les objectifs macro. Ces derniers proposent des focales fixes qui devront être choisies en fonction du sujet étudié (distance physique inévitable, animaux sauvages ou insectes). Ainsi, une focale courte correspondra à une distance de mise au point réduite. Qualitativement, tous ces objectifs ne se valent pas mais globalement, tous font au minimum très bien le job. 

Attention aussi aux appellations abusives. Certains objectifs ont dans leur dénomination commerciale le terme “macro” bien qu’ils fassent en réalité plus partie des objectifs faisant de la proxi. En effet, leur rapport de grandissement commence à partir de 1:2, indiquant alors qu’ils sont incapables de faire apparaître le sujet à taille réelle. Après, cela ne fait pas de ces objectifs du mauvais matériel. Mais si vous cherchez un “vrai” objectif macro et que vous optez pour un de ceux-là, vous serez alors déçus.


Canon EF Macro-objectif 100 mm f/2.8 USM

Canon EF Macro-objectif 100 mm f/2.8 USM

 

Inversement, les objectifs standards ne sont pas vraiment adaptés à la macro. 

En s’efforçant de bien connaître les capacités de son matériel, on se rend compte que l’on peut tenter de faire de la prise de vue rapprochée (en proxi à défaut de macro). Notamment avec les objectifs qui ont une distance de mise au point minimale très courte. 

Par exemple, prenons les objectifs EF 50mm f/1.8 II de chez Canon et AF-S 50mm f/1.8 NIKKOR de chez Nikon. La fiche technique du Canon nous garantit une distance de mise au point minimale de 45 cm et celle du Nikon, une distance de 0.45m (soit 450 mm dans les deux cas. Pourquoi faire simple… ;-) ). 

En utilisant un de ces 50 mm (ou d’autres) sans accessoire, il y a de fortes chances pour que des éléments parasites apparaissent toujours sur la photo, poussant ainsi au recadrage en post-production.

Avec des accessoires (nous allons les voir plus en détail ensuite), le résultat peut s’améliorer. Avec une bague allonge, le grossissement se fait plus important et les éléments parasites peuvent disparaître. On peut aussi ajouter plusieurs bagues allonges et trouver la bonne combinaison pour se rapprocher ainsi du style Macro. Mais est-ce réellement de la macro pure ou est-ce de la proxiphotographie. La question peut faire débat dans l’univers de la macro.

De leur côté, les téléobjectifs peuvent proposer certains avantages pour faire de la prise de vue rapprochée. Avec leur longue focale, ils offrent une profondeur de champ réduite tout en préservant l’effet de flou (sans élément parasite en arrière plan). Dans l’absolu, il faudra préférer ceux qui proposent une distance de mise au point minimale assez courte et ceux qui ne sont pas trop encombrants. Sans être réellement dans la macro, on peut obtenir des résultats très satisfaisants. 

 

  • La bonnette macro se visse à l’avant de l’objectif. Compacte et légère, elle permet de réaliser une mise au point encore plus rapprochée. Pour débuter, c’est l’accessoire idéal car on peut  faire ses premières armes en macro sans dépenser des fortunes. L’unité de mesure du grossissement d’une bonnette est la dioptrie. Ainsi, plus cette valeur sera forte, plus la distance de mise au point sera courte et plus le grossissement sera important; un grossissement qui va aller de pair avec la focale utilisée. Veillez à prendre une bonnette de qualité car l’image sera plus ou moins altérée si on rajoute un élément devant l’objectif.

Bonnette Raynox DCR-150 Bonnette macro

Bonnette Raynox DCR-150 Bonnette macro 

 

  • Il est également possible d’utiliser un tube allonge (ou bague allonge) qui se positionne entre le boîtier et l’objectif. Là aussi, cet accessoire permet une mise au point plus rapprochée. Cela dit, il est nécessaire que le sujet soit bien éclairé. Il existe plusieurs tailles et ces tubes sont empilables pour réduire encore davantage la distance de mise au point. Tous les tubes allonges ne jouissent pas d’automatismes, perdant ainsi la fonction d’autofocus et autres réglages. 

Ensemble de tubes-allonges macro

Ensemble de tubes-allonges macro

 

  • Le soufflet est, dans l’esprit, un système similaire aux tubes allonges. En tirant ou compressant le soufflet, on pourra alors jouer sur le grandissement. Efficace mais pas forcément pratique.

 

Phottix soufflet macro pour Nikon

Soufflet macro pour Canon EOS

 

  • La bague d’inversion permet d’augmenter le grandissement d’un objectif en retournant ce dernier, la lentille frontale venant alors se positionner contre le boîtier et le capteur. Certaines bagues sont assez sophistiquées et permettent de conserver les automatismes des objectifs. D’autres bagues montent 2 objectifs face à face. Il en existe des toutes simples, disponibles pour quelques dizaines d’euros. Ces bagues simples imposent de travailler en manuel.

Ces bagues d’inversion vont fragiliser l’optique qui n’a pas été prévue pour être utilisée de cette façon. La lentille de sortie (celle qui est normalement côté capteur et boîtier) n’est pas protégée. Il existe, cela dit ,des lentilles de protection pour garantir la durée de vie de la lentille de sortie de l’objectif.


Bague d'inversion Macro 52mm Canon EOS

 

  • Le trépied entre également dans la catégorie des accessoires. En effet, la stabilité est la clef en macro. Même un léger mouvement de quelques millimètres peut nous faire rater une photo avec un phénomène de flou non désiré ! Ainsi, shooter à main levée me semble bien délicat. Un trépied doit être adapté au style de photo que l’on pratique ainsi qu’au gabarit du photographe (pour des raisons de confort de shoot). 

Dans la mesure du possible, optez pour un trépied adapté à la macro. Il existe des mini trépieds avec des pieds s’écartant au maximum afin de se rapprocher le plus possible du sol. Plus polyvalents, les modèles avec des pieds indépendants permettent de s’adapter à un maximum de terrains. 

Pour les modèles avec colonne centrale, attention. Si cette dernière permet d’incliner l’appareil photo, de gagner quelques centimètres et de photographier sous divers angles, sa manipulation provoque aussi une perte de stabilité du trépied. Les trépieds dédiés à la macro disposent d’une colonne centrale plus courte que celle des trépieds traditionnels. 

Il existe d’autres éléments à prendre en compte pour le choix d’un trépied, comme le système de serrage des pieds. Un système à vis permet de bloquer ou débloquer rapidement le serrage des jambes sans risque d’abîmer ces dernières. D’autres personnes préfèreront le système à clapets.Pour les photographes adeptes de macro florale, le monopode (un seul pied) est une option. Moins encombrant, il offre une bonne stabilité et permet de rester réactif.  L’inconvénient, c’est qu’il n’est pas aussi polyvalent qu’un trépied. 

  • Si vous disposez d’un réflecteur, vous pouvez tout à fait l’utiliser en macro. Il apportera plus de lumière et du relief. L’inconvénient, c’est qu’il faudra un support pour le maintenir correctement orienté et dans la nature, il faudra faire avec les moyens du bord. Pour diminuer des ombres, homogénéiser une scène ou la lumière d’un flash, utilisez un diffuseur.


Diffuseur Flach Cobra

Diffuseur pour flash cobra


Réflecteurs photographie

Réflecteurs

 

  • Pour compenser une perte de lumière, n’oubliez pas le flash. Si vous n’en avez pas encore un, il est possible de vous dépanner avec celui embarqué dans l’appareil. Mais il ne peut constituer une solution à long terme car les modèles embarqués sont généralement peu puissants et non orientables. Positionnés en retrait de l’appareil et trop dans l'axe de prise de vue, leur lumière crue risque également de créer des contrastes disgracieux et, comble du comble, d'assombrir l'image en projetant l'ombre de l'objectif sur le sujet. 

Il y a ensuite les flashs externes standards (appelés aussi flashs cobra). Il s’agit des modèles placés sur le dessus de l’appareil et que l’on voit systématiquement dans les films lorsque dans une scène on retrouve des paparazzis, des journalistes, etc, etc. Plus puissants que les flashs précédents, ils sont aussi assez peu encombrants. Avec leur tête orientable, ces accessoires restent assez polyvalents et peuvent se combiner avec d’autres sources de lumière. Si le modèle le permet, il est possible de les déporter sur le côté et de modeler le sujet en renforçant les textures. 


Canon Flash speedlite 430 EX II

Enfin, le flash annulaire est parfaitement adapté à l'usage macro; il ne servira dans aucune autre situation ou presque. Mais il propose une lumière frontale et homogène qui permet aux textures et aux couleurs de mieux ressortir et à certains reflets de disparaître.


flash annulaire canon mr 14ex II

 

Profondeur de champ et mise au point

La profondeur de champ va déterminer l’espace dans lequel les sujets sont nets. Hors de cette zone, tout n’est que flou. Ainsi, lorsque l’on fait la mise au point sur un sujet à proximité de l’objectif,  la profondeur de champ va se faire plus étroite. De même, l’arrière plan sera (le plus souvent) flou quel que soit le réglage de l’ouverture. La mise au point n’est ainsi pas évidente en macro. Et comme nous venons de l’évoquer, le moindre petit mouvement peut pourrir une photo qui allait être “parfaite”.

Pour travailler sur cette netteté, il faudra “jouer” sur l’ouverture du diaphragme. Pour mémoire, l’ouverture est désignée par la lettre f suivie d’une valeur. Et plus celle-ci sera élevée, plus le diaphragme se fermera et moins la lumière sera présente.

Vous pouvez aussi débrayer l’autofocus et passer en manuel, puis opter pour un rapport de grandissement et vous positionner en avançant vers le sujet jusqu’à obtenir la zone de netteté.

Un rail de précision peut se révéler très utile pour le cadrage et la mise au point lorsque l’on travaille avec un trépied. Ce rail est encore plus appréciable lors de forts grossissements.


Papillon, Insectes, Des Animaux, Morpho, Peleides

 

 

Éclairage

Comme nous le disions en introduction, bien que la photo macro soit un genre un peu particulier, elle obéit aux règles classiques de la photo, notamment celles en lien avec la lumière. Cette dernière est une denrée rare en macro. Nous l’expliquions dans le paragraphe précédent, mais un grandissement élevé, indique une forte proximité avec le sujet et provoque une perte de lumière.

Une lumière trop forte en macro ne sera pas votre meilleure alliée. Elle va marquer les ombres et surexposer certains sujets. Si vraiment vous ne pouvez pas faire autrement, optez pour un lieu plus ombragé. Vous pouvez aussi shooter les jours où le ciel est nuageux.

Une lumière douce sera préférable donc shootez en début ou fin de journée. L’éclairage sera plus chaud.

Ainsi pour faire face à une perte de lumière, on peut : .

  • Utiliser un ou des flashs comme évoqué plus haut ainsi que des réflecteurs ou diffuseurs ;
  • Augmenter le temps de pose pour laisser passer plus de lumière ;
  • S’équiper d’une grande ouverture toujours pour laisser passer plus de lumière ;
  • Augmenter la valeur ISO.

 

Composition et arrière-plan

Une des plus grosses difficultés en macro réside probablement dans la composition.  La première chose à faire c’est de se mettre au niveau du sujet. Cela permet de conserver une certaine intimité avec le sujet photographié. Vous l’aurez donc compris, une vue en plongée (ou en contre-plongée) ne sera pas adaptée.

Une autre règle basique est celle des tiers, pour s’assurer une bonne répartition.

Si les animaux ou les insectes constituent vos sujets de prédilection, alors il faudra réaliser vos sessions le matin ou le soir. Ils sont plus accessibles à ce moment là. En effet,  dans notre culture, la lecture se fait de gauche à droite, de haut en bas. Lorsque nos yeux parcourent une image, ils procèdent de la même manière. Plus exactement, ils parcourent l’image en faisant un « Z ». 

Positionnez votre sujet sur des lignes de construction. Cela fonctionne très bien en macro. Je vous rappelle que ces lignes n’ont pas forcément une réalité physique ou palpable. En effet, la lumière et les couleurs peuvent être nos meilleures amies en créant des zones de contrastes. 

Le fait de jouer avec les lignes, les diagonales et les courbes va rajouter du dynamisme au cliché.

Lorsque le rapport de grandissement est important, on peut aussi décider de mettre un sujet au centre de l’image. Cela permet de montrer certains éléments du sujet, d’insister sur une symétrie, etc.

Libre à vous de respecter à la lettre ou non ces différentes règles, de les adapter selon vos choix artistiques.

Enfin, l’arrière plan. Souvent lorsque l’on débute en photo (macro ou non), le sujet nous obsède tellement que l’on ne fait pas attention à l’arrière plan. Sachez juste qu’un arrière plan ne doit pas avoir de relief et doit être neutre.  Il faut trouver le bon compromis entre couleurs, ombres et lumière afin d’avoir une certaine harmonie.

 

Géranium, Fleurs, Printemps, Nature, Géranium Meadow

 

A propos de l'auteur

Pit

Pit

Passionné par la création d’image et grand rêveur dans l’âme, la photographie m’a permis de combler ce désir de raconter une histoire sans avoir à y passer 10 heures. C’est cette capture narrative qui me fascine le plus. Par conséquent, je me focalise en général davantage sur la créativité que sur la technique pure. Ne me demandez donc pas si je préfère une marque ou une autre: c'est le cadet de mes soucis ! ;)

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

formation gratuite

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.