Skip to the content

La photographie circumpolaire

Vous aimez le ciel et les étoiles ? Vous êtes patients ? Alors la photographie circumpolaire est peut-être faite pour vous.

Mais j’en entends déjà certains me dire “La photo quoi ?”

Certes ce nom peut sembler étrange mais il désigne une discipline photo à part entière. La photographie circumpolaire consiste à fixer la voûte céleste par une très longue exposition. Lorsque la photo est réussie, les étoiles apparaissent sous la forme de tracés. Mais attention, la voûte céleste est bien fixe. Cette impression de mouvement est bien généré par la rotation de la terre.

Et comme souvent lorsqu’il s’agit de photo, l’improvisation n’occupe qu’une place réduite, la photographie circumpolaire demandant une véritable préparation, technique mais aussi météorologique. Cela dit, cette discipline reste assez accessible si l’on respecte quelques points que nous allons aborder tout de suite.

 

Repérages terrestres et aériens

La première chose à faire est de s’éloigner des lieux éclairés; donc exit la ville, sa pollution lumineuse et atmosphérique. La pénombre permettra d’avoir beaucoup de contraste, de détails, mais aussi de mieux repérer les étoiles et notamment l’étoile polaire. Cette dernière est le centre de ce cercle circumpolaire mais rien ne vous oblige à l'intégrer dans votre création photo.  Une photo avec l’étoile polaire au centre permet d’accentuer l’effet de tourbillon.

Si vraiment vous ne savez pas où aller pour trouver un lieu assez sombre, il existe sur le net des cartographies répertoriant les zones à forte pollution lumineuse.

Attention à la Lune: Elle a tendance à enlever du contraste au ciel et lors d’une longue exposition, le ciel va perdre son aspect sombre et ressortir coloré sur votre photo. Donc surveillez le calendrier lunaire et privilégiez les périodes de nouvelle Lune, bien plus adaptées pour notre thème du jour.

 

 

Des arbres fixent qui contrastent avec les mouvements du ciel

Au préalable, vérifiez les prévisions météorologiques, afin de sortir lors d’un ciel sans nuages, car dans le cas d’une longue exposition, les traînées des étoiles ne seront pas les seules présentes sur la photo. Celles des nuages le seront également. Donc, les conditions météo doivent être parfaites durant le temps d’exposition. D’ailleurs, avoir une application météo sur son smartphone est une bonne idée. Cela permettra de suivre l’évolution des prévisions en temps réel. Attention aussi à l’humidité ambiante qui constitue une gêne pour repérer les étoiles.

Toujours sur smartphone, certaines applications permettent d’avoir une carte du ciel; idéal pour retrouver des constellations selon le lieu où l’on se trouve. Parmi les différentes applications, citons par exemple, SkySafari, SkyView, Star Walk 2 ou encore … Carte du Ciel. Toutes sont disponibles sous Android et iPhone, toutes sont gratuites. Mais comme souvent, toutes proposent des achats intégrés. À vous de voir si vous avez besoin de certaines options payantes.  Sur iPhone, il y a aussi Sky Guide et sur Android, Google Sky Map.

 

Les lumières de la ville apportent un petit plus



Si jamais vous n'utilisez pas d’applications et que vous ne savez pas repérer l’étoile polaire, sachez que cette dernière est toujours au nord. Pour trouver ce dernier de nuit, regardez les troncs des arbres. La mousse a tendance à pousser au nord. À l’inverse, les toiles d'araignées se forment au sud.

Il est possible aussi de repérer le nord grâce à la lune. Cette dernière, lorsqu’elle est pleine, est au sud à minuit, au nord à midi et inversement pour la nouvelle lune. Malheureusement, aucun de ces petits trucs n’est fiable à 100%. Il existe certaines mousses poussant n’importe où par exemple.


Une fois que vous êtes orienté dans la bonne direction, cherchez la Grande Ourse (aussi surnommée grande casserole). Puis comme indiqué dans l’illustration qui suit, tracez une ligne droite virtuelle jusqu’à tomber dans une zone du ciel où une grande étoile un peu isolée brille plus que ses voisines : il s’agit de l’étoile polaire.

Si vous savez situer la Petite Ourse, c’est encore plus simple. En effet, l’étoile Polaire se trouve sur le bout du manche de cette autre “casserole”. Cela dit, la petite Ourse est plus difficile à repérer.

 

 

Enfin, bien que cela semble évident, prévoyez des chaussures et vêtements adaptés. Trouver le bon spot pour faire de la photo peut demander de marcher un peu. Sans compter que la température peut vite tomber selon le lieu où vous vous situez et/ou la saison.  Evidemment, il ne s’agit pas de faire de la randonnée de haute montagne non plus mais autant être un minimum équipé pour un minimum de confort personnel.

La lampe frontale sera aussi bien utile pour vous déplacer sans risque de chutes (car rappelez-vous, il faut privilégier les lieux sombres). Cela vous évitera aussi de puiser dans la batterie de votre smartphone. Eventuellement, prenez aussi une petite chaise pliante (on en trouve dans les magasins de sport pour 10 euros) et de quoi vous restaurer pour compléter le paquetage.

 

Réglages et matériel 

Tout d’abord, passez en mode manuel pour avoir la main sur les réglages. Ensuite, abordons le temps d’exposition: Plus celui-ci va être important et plus, sur votre photo, le ciel sera rempli d’arcs de cercles longs. Un phénomène qui s’accentue :

  • lorsque le ciel est particulièrement étoilé ;
  • avec l’augmentation de l’angle de l’objectif. 

Il s’agit d’une question d’esthétique, d’un choix artistique. Certains vont aimer les arcs de cercles plus espacés et moins longs, d’autres non.

 

 

Pour les objectifs, une focale faible est indispensable et utilisez la plus courte possible (si vous en possédez plusieurs).  Et plus l’objectif sera lumineux (f/1,4, f/1,8, f/2,8), plus il sera simple de trouver la bonne exposition (les ISO pouvant alors être bien baissés), de capter les faibles lumières. Désactivez la réduction du bruit afin de gagner en réactivité. Si vous ne le faites pas, l’appareil effectuera un traitement durant un laps de temps égal à celui de la prise de vue. Pendant ce temps le ciel aura évolué et le filé d’étoiles se transformera en pointillés sur vos futures photos.

Si vous disposez d’un objectif fisheye ou que vous souhaitez vous en procurer un, sachez que cet élément est tout à fait compatible avec la photo circumpolaire. Cet objectif est doté d’une distance focale très courte et donc d’un angle de champ très grand (jusqu'à 180° dans toute l'image ou uniquement dans la diagonale). 

Dans le cas d’une photo circumpolaire avec un premier plan éclairé (arbre, structure, …) et pour que celui-ci soit bien net, il va falloir utiliser la distance hyperfocale (distance minimale à laquelle il est possible de faire la mise au point pour que tous les plans de la scène soient complètement nets). Pour la calculer, pas de panique. Votre smartphone vous sera encore une fois bien utile car il existe des applications capables de calculer cette distance hyperfocale (comme DOF Calculator sur Android). Si le premier plan ne vous intéresse pas, il faudra faire une mise au point manuelle sur l’infini. 

 

 

Bien évidemment, procédez à des tests avant de commencer la séance véritablement. Tant pour la mise au point, que les poses, ISO, ...

Pour le déclenchement, un intervallomètre sera grandement appréciable. S’il n’est pas obligatoire, il apporte un réel confort de travail. En effet, pour la photo circumpolaire, on ne peut se contenter de prendre une seule photo. Faites l’expérience, vous verrez que vous obtiendrez un cliché complètement grillé. 

 

Intervallomètre Canon

 

Ainsi, la technique classique est de décomposer l’exposition en plusieurs photographies qui seront ensuite assemblées les unes avec les autres en postproduction. C’est cette superposition qui va former une traînée. Donc vous ne serez pas obligés de rester à côté de votre appareil pour le déclencher manuellement afin d’obtenir cette multitude de photos, l’intervallomètre va remplir cette fonction. Cet accessoire demandera quelques réglages simples selon le nombre de photos à prendre, la durée pendant laquelle le reflex doit  prendre des photos et l’intervalle entre chaque cliché. Traditionnellement, le temps de pose est de 30 secondes avec des intervalles très courts (1 seconde ou à peine plus); le but étant d’éviter que la traînée tant désirée ne ressorte en pointillés.

Avant d’acheter un intervallomètre, vérifiez que votre APN ne propose pas de base l’option. Certaines marques, comme Nikon, proposent ce mode sur la majorité de leurs modèles. Il serait un peu dommage d’investir si votre appareil dispose déjà d’un intervallomètre intégré. Cela dit, vous ne risquez pas de trop vous ruiner étant donné le prix de cet accessoire. Au pire, il pourra toujours vous servir pour un autre appareil.

Il est également possible d’installer un soft dans votre APN pour qu’il puisse remplir les fonctions d’intervallomètre sans acheter l’accessoire en question. Par contre, il y a alors des questions de compatibilité entre soft et APN. À vous de voir. Ceux qui ont un peu d’expérience savent que je veux bien évidemment parler du logiciel Magic Lantern, bien pratique sur des modèles d’APN plus anciens de la marque.

En ce qui concerne le nombre de clichés à prendre, tout va dépendre de la patience du photographe, de l’évolution de la météo et de son expérience. Mais un plus grand nombre de clichés permet de travailler plus facilement les traînées. 

 

 

Une fois de retour à la maison, vous allez pouvoir découvrir vos photos et les travailler. Il existe différents logiciels gratuits ou payants pour additionner vos images, les retoucher. On peut citer StarStaX, StarMax, Lightroom, Photoshop ... 

Vous devrez probablement traiter des pixels chauds (anomalie se manifestant généralement lors des poses longues). Certains logiciels vous les supprimeront automatiquement. Pour modifier l’ambiance de la photo, jouez avec la balance des blancs. 

Attention aussi au bruit encore une fois car le logiciel de traitement peut interpréter certains détails comme des défauts et vous les supprimer.

Faites ces modifications sur la première image puis sélectionnez toutes les autres. Il faudra alors “synchroniser” pour que les effets soient appliqués sur toutes les photos. Enfin, il ne reste plus qu’à les additionner. Bien évidemment, d’un logiciel à un autre, ce n’est pas aussi rapide et là on ne tient pas compte des autres retouches que vous voudriez faire.

 

A propos de l'auteur

Pyf

Pyf

Professionnel de la surexposition, surdoué du mauvais cadrage, j'ai décidé de me prendre en main pour enfin obtenir des clichés de qualité. Débutant(/amateur) de niveau intermédiaire, la photo me passionne et je souhaite mettre en application les connaissances acquises pour mes deux autres passions : mon fils et l'Histoire.

comments powered by Disqus
Photo de la semaine

Formation Gratuite!

formation gratuite

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone.

Entrez votre email et recevez vos 2 cadeaux:

Je reviens sur l'article

Formation gratuite!

De belles photos en mode auto

Vous souhaitez commencer à apprendre la photo sans appareil onéreux?
Dans cette courte formation “de belles photos en mode auto” , vous apprendrez non seulement le fonctionnement de base de votre smartphone, mais aussi à trouver une composition qui soit plus intéressante que ce que produirait naturellement un photographe débutant. Le placement, la lumière, la composition: tous ces sujets seront abordés et vous pourrez commencer à pratiquer et à partager vos photos avec la communauté.